JOANA HELDU DA – JOANA LLEGA – JOANA ARRIVE

JOANA HELDU DA – JOANA LLEGA – JOANA ARRIVE dans F- TEMOIGNAGES img_1621-e1378626585621

Licenciée en Sciences Humaines et Sociales (SHS) mention psychologie et ayant obtenu un Master 2 d’enseignement par la suite, Joana Biscay est une jeune professeur des écoles de 25 ans. Titulaire en 2ème année, elle exerce dans toutes les classes de l’enseignement public bilingue (français-basque) allant de la très petite section au CM2.

Elle a récemment obtenu une mise en disponibilité pour l’année scolaire 2013-2014, et a donc décidé de mettre à profit cette année pour voyager en Amérique du Sud, dans le but d’améliorer son espagnol, mais aussi de vivre une expérience humaine et culturelle unique.

Enjouée et dynamique, Joana est très impliquée dans le tissu associatif local. Licenciée auprès de la fédération de pelote basque durant 6 ans, puis ayant suivi une formation musicale au sein de l’association « Triki  Itsas Argi », elle pratique depuis près de 20 ans la danse basque avec l’association « Getaria« . C’est ainsi qu’elle a pu participer à la réalisation d’un projet d’échange européen du programme Jeunesse en Action intitulé « La danse comme langage commun : échange Transylvanie-Pays Basque« . Un échange au cours duquel elle a pu partager le quotidien et la culture de jeunes hongrois, mais aussi visiter une maison d’enfants et passer du temps avec les petits orphelins de cet établissement. Une expérience qui lui aura sans doute servi de déclic et qu’elle qualifie à la fois d’émouvante et d’enrichissante.

Enfin Joana a travaillé durant 4 ans au centre de loisirs en langue basque « Uda Leku » au sein duquel elle a exercé en tant qu’animatrice puis directrice (en accueil de loisirs et en séjour de vacances).

Autant de facettes qui font sans doute de Joana la « candidate » idéale pour le type d’actions que nous voulons promouvoir en Bolivie auprès des enfants de ces quartiers pauvres de la ville de Cochabamba. Mais rien en vérité ne nous prédestinait à nous rencontrer, si ce n’est la même attirance pour un continent et le partage de quelques valeurs que nous avons visiblement en commun… à la fois presque tout, et presque rien.

C’est un peu par hasard qu’aux premiers jours de juin Joana a pris contact avec notre association, poussée aussi par une certaine désillusion provoquée par quelques organismes internationaux qui proposent à ces jeunes volontaires des programmes d’action moyennant un règlement de 1.000 € par mois en plus de l’autofinancement du voyage.

Nous lui avons donc gentiment répondu, sans illusion non plus du fait de ces nombreux contacts qui nous approchent régulièrement avec des rêves, des envies d’ailleurs et d’aventures plein la tête, et qui finalement renoncent. Autant de projets non aboutis qui viennent s’ajouter à quelques échanges sans retour et sans partage. A chaque fois les mêmes espoirs, et aussi les mêmes désillusions que nous partageons avec nos amis boliviens. Nous avons donc informé Joana que notre association n’était pas structurée pour prendre à charge l’envoi de volontaires en Bolivie, ni d’un point de vue financier, ni sur le plan de la responsabilité morale. Giltzarria ne finance aucun voyage ni aucun séjour, à commencer par ceux de ses membres, et chaque euro collecté est destiné à la mise en œuvre des activités socio-éducatives auprès des enfants.

Nous avions alors certainement sous-estimé la motivation de Joana tout autant que la force qui animait son projet. Il était nullement question pour elle de nous solliciter financièrement, mais bien de donner de son temps, de partager son expérience associative, éducative et pédagogique, et surtout d’apprendre des autres, de découvrir une autre culture et d’autres réalités, souvent difficiles, et que d’ici nous ne soupçonnons parfois même pas. Joana nous demandait simplement de lui ouvrir les portes de ce programme que nous accompagnons depuis 2007 et de la mettre en contact avec nos interlocuteurs ; promis, elle se ferait discrète.

Quel dommage c’eût été de se passer d’elle. Au cours de nos échanges nous avons appris à mieux la connaitre, et de son côté elle a sans doute mesuré que ce n’était pas une sinécure qui l’attendait sur ces quartiers poussiéreux et désœuvrés de la grande ville. Mais après avoir rencontré en Pays Basque le Père Jacques Delort, et communiqué à cette occasion avec quelques jeunes volontaires boliviennes par vidéo-conférence, Joana s’est aussi rendu compte combien elle était attendue. Tous nos amis se font déjà une joie de pouvoir l’accueillir et l’accompagner au cours des 2 ou 3 mois qu’elle passera parmi eux.

Mais d’ici le mois de mars 2014, le chemin est encore long, et il sera peuplé nous l’espérons pour elle de belles rencontres, de beaux paysages, et d’autres très beaux moments à partager. Il y a 2 jours Joana a tout juste posé le pied au pays du Tango et de Maradona… et elle a déjà eu plein d’anecdotes à raconter à ses amis(es) du Pays basque. Depuis la Bolivie, Liliana suit maintenant pas à pas son épopée et restera en contact avec elle jusqu’à son arrivée à Cochabamba.

En ce qui nous concerne nous sommes heureux d’avoir pu permettre cet échange, et nous sommes maintenant impatients de le voir se réaliser. Nous sommes convaincus que cette expérience sera constructive pour tous, et nous espérons que Joana y trouvera ce qu’elle sera venue chercher, y compris les raisons qui la pousseront à nous apporter son soutien actif à son retour au pays.

Jean-Marc Boucon

Mots-clefs :, , ,

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

akwateam |
OUED KORICHE |
lalogeuse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CFTC Schindler ascenseurs
| LES POMPIERS DE VERZENAY
| ROLLER A CHAUMONT