JOURNAL D’UN PRÊTRE EN BOLIVIE (52)

Cochabamba lundi 8 octobre 2012

Chers amis, chers parents,

Avec ce dernier courrier mensuel, je viens une nouvelle fois vous commenter les évènements de ces dernières semaines. Il est important de les situer dans un contexte de vie politique, économique et sociale convulsive, en pleine transformation et bien différent de celui  que nous connaissons en France, raison pour laquelle je vous invite à faire une fois encore l´effort de vous informer de plus près à propos de la vie des peuples latino-américains dont  les médias français sont  avares de nouvelles et de commentaires.

Les actions et pratiques pastorales que nous mettons actuellement en œuvre sur notre territoire paroissial sont très dépendantes des problèmes et situations humaines auxquelles nous sommes profondément liés par notre engagement ecclésiale à servir la population de migrants de ce secteur périurbain en pleine croissance et encore mal administré par les autorités.

Quelques exemples à l´appui de ce constat : en matière d´éducation par exemple : les milliers de jeunes en âge de fréquenter un lycée sont tous obligés à l´heure actuelle d´aller s´inscrire dans un établissement de la ville dont nous sommes distants d´une dizaine de kilomètres au minimum pour les établissements publiques.  Le secteur géographique sur lequel nous travaillons  se situe aux limites de deux districts urbain et rural qui se disputent chacun l´extension et les limites de leur propre territoire encore non défini légalement. Leurs autorités sont en constantes rivalités et cherchent chacune à mobiliser la population à leur cause prétextant un avantage à défendre  leurs intérêts politiques  et économiques  partisans, quand il s´agirait d´offrir leur
service et leur collaboration citoyenne au développement de ces secteur marginalisés et toujours gangrénés par la pauvreté, la corruption et la violence.

Dans un tel contexte de conflits permanents, de manifestations et de fréquents barrages routiers, nous essayons d´offrir quelques alternatives de travail et de mise en œuvre de solutions qui soient comme un exemple à suivre pour ces autorités inexpérimentées encore souvent bien trop attachées à défendre leurs intérêts partisans, et pour une population cherchant au quotidien  les moyens de sa survie.

Ainsi, à l´occasion du bicentenaire de La Angostura, secteur de notre paroisse le plus éloigné de la ville de Cochabamba, nous avons accueilli les autorités
locales et départementales dans le cadre de deux célébrations liturgiques qui nous ont permis de faire valoir la nécessité de faire vivre le nouveau décret de loi adopté ce jour-là solennellement - définissant ce secteur comme zone touristique et gastronomique – dans l´intérêt d´une  population locale en recherche d´emplois dignes et rémunérés. Les opérations de spéculation foncière sont malheureusement une réalité qui profite seulement pour l´instant à
quelques  propriétaires avides dans l´immédiat de réaliser des gains substantiels.

 JOURNAL D'UN PRÊTRE EN BOLIVIE (52) dans B- JOURNAL D'UN PRETRE EN BOLIVIE 601-300x198

Sur le secteur de Alto Litoral où se poursuit la construction du centre pastoral Nuqanchik, nous avons proposé tout récemment une fête de la santé dans le but de faire connaitre aux autorités et à la population locale  le travail que réalisent les commissions médicales, sociales et éducatives de la paroisse. A la demande des dirigeants locaux, nous avons préalablement mis sur pied avec eux un programme de fête faisant droit à la participation de chacun des acteurs, depuis ceux qui organisaient localement un championnat de football à ceux qui souhaitaient prendre la parole comme autorités ou ceux qui s´étaient engagés à préparer et vendre quelques plats au bénéfice de leur organisation. La fête a bien eu lieu avec une bonne animation du personnel de la fondation diocésaine Saint Luc et des différentes commissions paroissiales et une bonne participation des enfants et jeunes du secteur ; les adultes présents ont apprécié le travail des bénévoles de la paroisse, mais par contre les autorités municipales et médicales ont brillé par leur absence et les dirigeants locaux n´ont rien pu coordonner avec elles et entre eux comme elles s´y ´étaient engagées.

616-300x225 Alto Litoral dans B- JOURNAL D'UN PRETRE EN BOLIVIE  617-300x258 Alto Miraflores

Enfin dernier exemple de notre participation à ces temps de fête locale qui sont supposés construire une dynamique de collaboration entre tous les acteurs de la société civile, celui de la fête du quartier d´Uspha ce weekend. Fête religieuse à l´origine liée à une pratique dévotionnelle annuelle de Notre Dame  du Rosaire, elle s´est transformée en la circonstance à la dernière minute en évènement politico-religieux dont ont essayé de tirer parti les nouvelles autorités municipales et locales promotionnant dans le cadre de leurs nouvelles fonctions d´élus la politique et les projets qu´ils promettent de mettre en œuvre en matière d´éducation surtout et de construction de nouvelles avenues asphaltées,  sachant que rien n´ est encore défini quant aux limites de leur juridiction administratives entre secteur urbain et rural. Dans un tel contexte, nous avons pu proposer à la population à la demande de quelques familles deux temps forts de célébration au cours desquelles j´ai essayé une nouvelle fois d´inviter les uns et les autres à travailler de concert au service de la population locale. Il m´a été demandé en plus en dernière minute et au pied levé de participer au défilé civique, d´être présent et d´intervenir comme autorité ecclésiale à la tribune d´honneur. La veille, l´ancien président de l´organisation territoriale de base avait réglé ses comptes depuis l´église à l´issue de la célébration liturgique au nouvel élu l´accusant d´avoir organisé cette fête à son avantage et sans en informer la population locale.  J´ai appris en revenant sur les lieux le dimanche matin que la passation de pouvoir entre les deux s´était soldée par un affrontement verbal publique avec menaces, heureusement sans suite, d´en venir aux mains.

Commenter les évènements de ces dernières semaines relatifs à la vie ecclésiale de notre secteur revient à faire droit dans un premier temps à ces efforts d´évangélisation sur le terrain qui ne donnent pas toujours dans l´immédiat les fruits escomptés : comme ces ateliers bibliques proposés à l´occasion du mois de la Bible, ces divers groupes de catéchèse d´enfants et de jeunes, ces réunions  d´équipes d´animation de secteur, ces temps de formation de laïcs à la vie ecclésiale dans un contexte de prolifération d´églises évangéliques sans lien entre elles et avec nous qui nous rend plus difficile encore la mission de communion catholique à la base de notre action pastorale. C´est encore évoquer notre engagement pastoral prioritaire à vivre le service des personnes les plus nécessiteuses en matière d´éducation, d´accès à l´aide sociale et à la santé physique, mentale et spirituelle, et ce à travers la présence et le travail de terrain des bénévoles qui animent la vie des différentes commissions. Ces dernières semaines les animations et rencontres n´ont pas manqué – pour la plupart en direction des plus jeunes – sous forme d´ateliers, de jeux et d´animation en tout genre. Je n´ai malheureusement pas le temps d´être présent à chacun de ces lieux de formation et d´échanges, j´en ai seulement des échos directs grâce aux réunions mensuelles d´évaluation auxquelles je participe activement. Il est intéressant de noter à ce sujet les efforts de collaboration en cours entre les volontaires et responsables des différentes commissions.

 611-209x300 Bolivie 612-232x300 Cochabamba

Quelques exemples pour illustrer ce travail : Carlito, un jeune de 17 ans qui sous la menace de devenir aveugle devrait prochainement être opéré de ses yeux (opération pour laquelle je vais solliciter votre aide dans un prochain courrier) ;  quant à Adriana (6 ans) et ses frères Lucio(8a) et Francisco (11a), abandonnés par leurs parents, livrés à eux-mêmes et victime d´exploitation laborale pour l´ainé, ils devraient être pris en charge prochainement par un foyer d´accueil, une fois entendu les parents qui pour l´heure ont fui. Les responsables de commissions notent les progrès réalisés tant par les enfants dans leur travail scolaire que par les adolescents dans leur participation responsable à la vie de leurs groupes.

D´autre part, les deux professeurs de l´université publique Saint Simon qui nous ont récemment rendu visite et auxquels nous avons consacré une matinée de travail et une célébration eucharistique avec leurs 45 étudiants, nous ont chaleureusement remerciés pour le travail accompli et pour notre disponibilité à les accueillir pour un stage de deux mois. 6 autres étudiants en année de rédaction de thèse se sont également joints à nous pour le soutien scolaire des enfants dans le cadre de la précédente convention de stage de six mois et  pour un travail d´investigation.

 620-300x261 Eglise catholique

Il faudrait aussi évoquer brièvement le travail de soins à domicile et d´ateliers de formation des médecins de la Fondation diocésaine Saint Luc et de la commission médicale paroissiale, celui des deux religieuses et des membres de la commission sociale auprès des femmes d´Alto Miraflores en matière d´alphabétisation, d´apprentissage de la broderie et pour les aider à s´organiser en mini coopérative d´aliments de première nécessité.

La pastorale des sacrements nous a enfin demandé à Oscar et moi ces dernières semaines beaucoup de travail : préparation et célébrations de baptêmes et de mariages, messes anniversaires en tout genre, célébrations d´obsèques, à dévotion mariale ou de saints à domicile, bénédictions de maisons, de taxis, de tombes… J´ai même célébré le décès de Kevin, un jeune de 12 ans, mort des suites d´une agression à la sortie du collège. Ce jour-là ont pu témoigner quelques membres de la commission sociale qui le connaissaient bien.

Une autre dimension de notre travail pastoral est celle des paroisses du doyenné et du diocèse. Nous y participons régulièrement de façon institutionnelle, et j´ai même été récemment invité par deux fois à l´archevêché au conseil épiscopal et à une réunion de travail entre responsables du doyenné pour évoquer le futur de ces territoires périurbains. Il s´agit à chaque fois pour moi de rendre compte de ce que faisons et de rappeler la nécessité d´une pastorale de proximité avec priorité donnée aux plus pauvres. Avec la poursuite de la construction du centre pastoral Nuqanchik de Alto Litoral grâce à l´engagement des membres de la fondation d´Arfeuille (et le soutien amical tout récent que sont venus nous apporter 15 jeunes étudiants de l´université Harvard) et le projet de fondation d´une communauté de sœurs des carmélites de Védrunes en 2013 sur le secteur de Llave Mayu, nous essayons de concrétiser nos efforts dans le sens d´une présence d´église au cœur de la vie des plus nécessiteux.

622-300x225 Jacques Delort

Que ceux et celles d´entre vous qui me lisent chaque mois soient d´avance remerciés pour leur amitié fraternelle et le soutien de leur prière à contribuer de la sorte à faire de notre monde chaque jour une planète un peu plus solidaire et un monde plus digne de Celui qui nous a appelé à partager sa Vie à corps et à sang.

A bientôt la joie de vous lire et d´avoir de vos nouvelles pour quelques-uns d´entre vous.

Amitiés

Jacques Delort

Mots-clefs :, , , , , , , , , , ,

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

akwateam |
OUED KORICHE |
lalogeuse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CFTC Schindler ascenseurs
| LES POMPIERS DE VERZENAY
| ROLLER A CHAUMONT