JOURNAL D’UN PRÊTRE EN BOLIVIE (50)

Cochabamba 3 juillet 2012

Chers amis, chers parents,

Il y a 29 ans aujourd´hui, je célébrais en présence de quelques uns d´entre vous au monastère des trappistines du Jassoneix de Meymac en Corrèze mon ordination diaconale. Je salue en passant les 3 sœurs fondatrices qui m´accueillirent alors, Lucienne, Marie et Ina, puis celles qui leur succédèrent, Véronique, Monique, Joëlle et les autres, qui, depuis ce temps, m´ont toujours bien reçu et accompagnées de leur prière monastique fraternelle comme d´ailleurs mes frères du monastère de Belloc et mes frères du Prado.

Je ne me doutais pas, alors, que cette étape de ma vie du ministère ordonné me conduirait un jour, depuis les diocèses de Tulle et de Bourges, à servir pour un temps l´Eglise du diocèse de Cochabamba en Bolivie.

Avec ceux et celles qui ont été mes compagnons de route durant ces années, avec ceux et celles qui sont devenus depuis des amis et qui ont su en toutes circonstances m´offrir leur accueil fraternel et me porter dans leur prière, je peux aujourd´hui rendre grâce pour le chemin parcouru et pour tout ce que le Seigneur a su m´enseigner et m´a permis de vivre, sans que jamais ne me  manque le secours de sa Grâce et la force de son Esprit pour la mission reçue au service des hommes et de notre Eglise. Cette Fidélité n´a pas de prix et c´est bien d´Elle dont je désire continuer à être le témoin parmi les hommes que Dieu invite en tout lieu et en toute circonstance à partager et à célébrer la Vie Nouvelle de son Esprit en Jésus Christ Sauveur.

Les semaines écoulées depuis mon dernier courrier n´ont pas été de tout repos sur le secteur paroissial : il a fallu pallier l´absence de mon compagnon Oscar parti assisté son papa aujourd´hui décédé, et celle de la sœur Gregoria, membre du conseil des religieuses de sa congrégation, amenée par deux fois à se rendre à Lima. D´autre part notre secrétaire paroissiale Liliane poursuit la rédaction de sa thèse d´ingénierie industriel et ne travaille qu`à mi-temps, pour encore deux ou trois mois.

Le fait d´avoir eu à assumer seul ces derniers temps le travail d´animation et de coordination pastoral a sans doute été à l´origine d´une préoccupation lancinante et usante qui m´a conduit certains jours devant l´ampleur de la tâche à penser à un retour en France anticipé. Aujourd´hui je me rends compte qu´il s´agit plutôt dans de telles circonstances de faire confiance et « laisser passer l´orage » comme l´on dit communément, dans l´espoir de jours meilleurs, sans perdre de vue le cap que l´on s´est donné et les moyens à mettre en œuvre pour l´objectif à atteindre.

Cet objectif est aujourd´hui toujours double : offrir à chacun des 6 secteurs qui composent notre territoire paroissial une vie de communauté ecclésiale digne de ce nom, et ce avec le concours des « agents pastoraux » des  commissions existantes et des habitants de ces quartiers ; chercher ensuite à doter chacun de ces secteurs de structures communautaires qui permettent le partage de la vie ecclésiale entre les acteurs et habitants de ces quartiers. Ce qui semble d´évidence pour quelqu´un d´étranger comme moi à la vie et à l´histoire de l´Eglise au diocèse de Cochabamba est bien loin d´être une vision partagée par mes compagnons boliviens qui préfère vivre au jour le jour et profiter, un peu égoïstement -ou religieusement- me semble t il, du temps présent. C´est un peu comme sur le Tour de France : il y a ceux qui veulent réaliser des exploits personnels le nez dans le guidon et cherchent à faire parler d´eux sans bien mesurer leurs efforts au fil des étapes, et il y a ceux qui misent davantage sur un travail d´équipe et de calcul mesuré et réparti de leurs efforts tout au long de la course pour pouvoir arriver au terme ayant pu accomplir leur rêve d´une victoire collective. On pourrait tout aussi bien parler de l´équipe de foot d´Espagne qui vient de nous donner un bel exemple d´intelligence du jeu, de sportivité et d´efficacité à vivre à la hauteur de ses ambitions. Pour ma part j´ai bien aimé leur jeu à l´occasion de cette finale.

Durant ces dernières semaines pour en revenir à notre travail pastoral, nous avons tout d´abord essayé en équipe d´animation de redéfinir notre service aux différentes commissions et secteurs cherchant par là à conscientiser et impliquer davantage les acteurs du processus. Nous verrons bien à la longue ce
que cela produit ; pour l´heure force est de constater que se manifestent des résistances inattendues au changement tant de la part des responsables que des habitants bénéficiaires de nos services. En résumé, nous rencontrons chez les uns et les autres la difficulté à prendre en compte et faire le lien entre ces trois services pastoraux indissociables que sont celui de la charité, de l´évangélisation et de la vie sacramentelle. Nous avons ensuite assuré un temps de formation aux nouveaux délégués de secteurs affronté à la difficulté de se situer comme chrétiens catholiques dans un environnement d´églises évangéliques au comportement sectaire pour quelques unes d´entre elles. Nous avons enfin entamé sur le diocèse et en doyenné une réflexion touchant au rapport évangélisation- sacramentalisation et à la vérification de nos pratiques pastorales respectives.

Pour ce qui a trait à notre deuxième objectif, celui de doter de structures paroissiales dignes de ce nom les six secteurs de notre territoire, il nous faudrait gagner aujourd´hui quelques centaines de milliers d´euros au loto pour pouvoir le réaliser demain. Dans l´immédiat, nous poursuivons patiemment notre travail de conscientisation de la population dans des conditions très défavorables liées à la spéculation foncière sur la vente et l´achat des terrains pour une part, et d´autre part liées à la difficulté d´obtenir des titres de propriété en bonne et dû forme. L´archevêque nous a demandé très récemment de chercher un terrain à acheter sur le secteur d´Uspha et nous nous sommes mis en quête sans grand succès pour l´heure ; nous attendons d´autre part après six mois de négociation avec les autorités locales l´acte de cession d´un terrain et le permis de construire correspondant pour la réalisation d´un projet d´église et de maison paroissiale sur le secteur de Llave Mayu où doit venir vivre une communauté de jeunes sœurs en formation en février 2013 toujours à la demande de l´archevêque. Enfin, nous attendons encore, après deux ans de travail autour d´un projet de construction de salle multi fonctionnelle sur le secteur de Monte Olivos, de savoir sur quel terrain nous pourrons construire après l´obtention des crédits. Le suivi de ces divers projets et dossiers est certains jours particulièrement usant et il est plus que certains que mon successeur aura fort à faire pour mener à bien leur réalisation indispensable à la vie des secteurs paroissiaux. En définitive le seul projet en chantier démarré cette année est celui du centre pastoral de prévention Nuqanchik, projet porté par une bonne équipe très intéressée par sa réalisation. Il faudrait encore ajouter à ce dossier des diverses structures ecclésiales la maison paroissiale Natanael prêtée par la Société Saint Vincent de Paul et dont nous avons l´usufruit par contrat. Il nous faut aujourd´hui revoir les termes de ce contrat et surtout mettre en place une équipe d´animation et de coordination des activités proposées depuis ce secteur par les responsables du projet Horizonte, de la Société Saint Vincent de Paul et de la Paroisse. A cet effet, nous venons de constituer une petite équipe de travail. J´en ai terminé au chapitre de ce deuxième objectif pastoral.

Pour le reste des nouvelles et activités pastorales, il s´est agi d´assurer ces dernières semaines ce qu´il nous est communément demandé : préparations et célébrations de mariages, de baptêmes d´enfants et de jeunes, célébrations de messes de défunts en semaine. J´accompagne d´autre part un petit groupe de 9 jeunes à la confirmation faute de catéchiste sur un  secteur. Ils viennent d´un milieu pratiquement étranger à l´église catholique et n´ont jamais fait de catéchèse pour les deux tiers. Leurs références sont les films de la TV qui leur commentent des cas de possession ou d´envoûtement ou dans le meilleur des cas  les prophéties de quelque pasteur évangélique nous prédisant la fin du monde pour les mois ou années à venir !!! Au chapitre de leurs commentaires, Jean Paul II est classé parmi les hommes vendus pour une part de ses activités au pouvoir du grand Satan !!! L´aurions nous béatifié un peu trop vite ??? Pauvre de moi qui avais quelque vénération pour lui….

J´en terminerai par un rapide commentaire de la Fête de la Saint Jean qui, sur le quartier de Mineros San Juan, nous avait habitué, les premières années de ma présence, à des manifestations populaires et folkloriques de bonne facture, pour célébrer le patron de ces familles de mineurs qui  ont tant souffert en leur temps des régimes dictatoriaux et militaires de la Bolivie. Or depuis deux ans, le quartier s´est totalement divisé et il est impossible d´obtenir des responsables de quartier une fête digne de ce nom en référence à Saint Jean Baptiste. Je vous passe les détails de cet anniversaire totalement ratée à propos duquel j´aurais bien aimé vous envoyer des photos comme les fois précédentes. Sur l´ensemble du département par contre, les mesures prises par les autorités à l´occasion de cette fête pour nous éviter le nuage de pollution toxique provoqué par les incendies de broussailles dans le Chapare ou de pneumatiques et d´ordures à la périphérie de la ville, ont cette année été suivies et nous ont évité cette contamination atmosphérique de deux jours à laquelle nous nous étions habitués. Certains représentants du peuple bolivien ont vraiment pris conscience de l´importance de ce travail d´éducation populaire dans le domaine de l´environnement notamment et c´est tout à leur honneur.

Il y aurait encore bien d´autres choses à commenter mais le temps me manque cette fois-ci, aussi j´en conclus en vous souhaitant à chacun un bel été et pour ceux et celles qui peuvent prendre quelques jours ou semaines de vacances un temps de repos mérité et bien utilisé.

Nous nous apprêtons pour notre part à recevoir la famille de Jean Marc et Christine Boucon président de Giltzaria avec lesquels nous allons la semaine suivant le 14 juillet. Je vous raconterai dans le prochain courrier.

Dans l´attente de vos nouvelles, je vous redis toute mon amitié, mon affection et ma communion de prière.

A très bientôt,
Jacques Delort

Mots-clefs :, , , , , , , , , , ,

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

akwateam |
OUED KORICHE |
lalogeuse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CFTC Schindler ascenseurs
| LES POMPIERS DE VERZENAY
| ROLLER A CHAUMONT