JOURNAL D’N PRÊTRE EN BOLIVIE (37)

Cochabamba mardi 11 janvier 2011 

  

Chers parents, chers amis, 

  

Au seuil de cette nouvelle année 2011, permettez-moi tout d´abord de vous offrir à chacune et à chacun mes meilleurs vœux de santé et de joies partagées avec ceux et celles que le Seigneur vous permettra de rencontrer dans les mois à venir au cœur des activités et responsabilités qui vous incombent.  

Que Celui qui nous invite à lui apporter notre collaboration filiale et responsable dans l´accomplissement quotidienne de Sa Volonté  « vous bénisse et vous garde » à chaque instant et dans toutes vos entreprises dans sa Paix et l´assurance de Sa Présence constante en vous et à vos côtés. 

  

Depuis la mi-décembre à Cochabamba, nous sommes les témoins, et pour certains les acteurs, d´un grand nombre d´évènements qui ont enrichi  et bousculé voire malmené nos vies quand nous aurions aimé nous sentir un peu plus en paix et recueilli en cette période des fêtes de la Nativité. 

Le contexte national et local ces dernières semaines est celui d´un pays perpétuellement agité, au bord de la crise, menacé dans son unité de peuple et son intégrité par les ambitions de pouvoir, de bien être égoïste et les luttes partisanes de ceux qui se soucient bien davantage de la défense de leurs intérêts personnels politiques ou économiques que du service des autres et du bien commun. 

Pour ceux d´entre vous qui auront pu suivre l´actualité bolivienne, vous avez certainement entendu parler du « Gazolinazo », ce décret gouvernemental qui visait à augmenter de 70% à 80% sans préavis en cette période de fêtes et de vacances le prix du gasoil et de l´essence. Cette mesure gouvernementale permettait si elle était adoptée de récupérer les quelques centaines de millions de dollars de subvention que les autorités souhaitaient affecter à des projets de santé et d´éducation entre autre. Les conséquences d´une telle mesure n´ayant pas été mesurées par leurs auteurs, il s´en est suivi une très forte réaction populaire d´hostilité dans tout le pays qui nous a fait craindre un moment à Cochabamba une crise politique visant à renverser le gouvernement d´Evo Morales. Barrages routiers, manifestations importantes et affrontements avec la police dans la ville nous ont fait imaginer le pire durant quelques jours. Le pays a vécu durant tous ces fêtes un réel climat de tension nerveuse peu propice à vivre sereinement cette trêve traditionnel des jours de Noel. 

Autre exemple local ce deuxième dimanche de janvier sur notre secteur paroissial, lieu de perpétuels confrontations et conflits sociaux. Cette fois-ci il s´agissait d´un affrontement entre deux « populations » des « Valle Alto y Bajo » au sud de la ville qui défendent chacune des intérêts corporatistes, les uns comme restaurateurs et bénéficiaires directes de la présence de ce lac et barrage, véritable pôle touristique de la région, les autres comme horticulteurs dépendant directement de l´approvisionnement en eau de ce barrage. La sécheresse de ces derniers mois n´ayant pas permis un approvisionnement normal en eau de la région et les autorités n´ayant pas pu permettre aux deux parties en présence de parvenir à un accord quant à l´ouverture ou fermeture des vannes du barrage, certains dirigeants ont alors pensé que seul un rapport de forces pourrait leur donner raison et faire triompher leurs droits. Averties de cette forte concentration de population sur les lieux du barrage les forces de police se sont bien évidemment invitées à la « fête » et ont dispersé les milliers de personnes présentes à coup de jets de gaz lacrymogène quand certains essayaient de leur résister par des jets de pierre. Venu sur le secteur célébrer la messe du dimanche qui bien sûr n´a pas pu avoir lieu, je n´ai dû mon salut avec Liliana notre jeune secrétaire paroissiale qu´à une fuite en voiture au milieu des jets de pierre et de gaz lacrymogène. Expérience bien désagréable qui vous prend aux yeux et à la gorge et vous fait craindre le pire quand les projectiles tombent au hasard autour de vous blessant les uns et brisant les vitres des véhicules voisins. Il convient de dénoncer dans ce genre de « faits divers » la totale irresponsabilité des « autorités de tous bords » qui laissent se réaliser de telles concentrations ou les imposent aux populations locales avec une amende de 17 euros par personne pour ceux qui refuseraient de se joindre au mouvement !!!  L´Histoire semble se répéter pour ceux qui veulent y inscrire leur nom par abus de pouvoir : un jour ou l´autre les foules qu´ils ont voulu manipuler ou abuser par leurs discours leur font payer cher leurs ambitions illégitimes ! Pour l´heure, les foules en question manquent cruellement d´éducation en référence à cette Histoire des Peuples. Nous faisons tous le rêve que cela puisse rapidement changer avec les nouvelles générations qui peuvent avoir accès aux études ! 

  

Les bons moments vécus et partagés ces dernières semaines  avec la population du secteur paroissial et les étudiants qui nous apportent leur collaboration nous permettent heureusement d´espérer des jours meilleurs pour ce peuple bolivien qu´il faut pouvoir continuer à encourager sur la voie des réformes et des progrès nécessaires à son développement en pensant surtout aux plus démunis et vulnérables et aux victimes d´abus de pouvoir de toutes sortes. 

Avec l´album de photos que je vous fais parvenir vous aurez une petite idée de ce que furent ces fêtes de Noel pour les enfants de notre secteur et leurs familles qui bénéficient tout au long de l´année d´un  soutien scolaire, social, alimentaire, sanitaire, d´un enseignement catéchétique et d´un accompagnement pastoral. Les photos parlent d´elles-mêmes et sont un témoignage de reconnaissance rendu à tous ces jeunes professionnels qui acceptent de venir travailler avec nous sur le terrain au service de cette population en danger de marginalisation ou tentée parfois pour certains jeunes par la délinquance. 

Il n´y a pas eu cette année de fête commune paroissiale de Noel mais sur les différents quartiers où nous sommes présents la réalisation d´une petite fête avec animation artistique, partage d´un gouter et distribution de quelques cadeaux. Quelques messes ont également été réalisées sur les différents lieux, ainsi que le baptême de 11 enfants et un mariage. 

Vous verrez également sur les photos les avancées des travaux de la chapelle d´Uspha Uspha, première construction paroissiale qui devrait s´achever aux alentours de la fin mai. Nous espérons pouvoir l´inaugurer avec notre archevêque pour la fête paroissiale de la Visitation au  cours d´une célébration de la confirmation d´une quinzaine de jeunes du secteur. 

Il y a eu aussi la petite soirée anniversaire sympathique à l´occasion de mes 60 ans au domicile de notre amie dentiste Edelmira ; là encore les photos parlent d´elles-mêmes. 

L´année nouvelle a été marqué par le passage à un autre rythme de vie paroissiale puisque nous sommes entrés depuis les fêtes de Noel en période de congés d´été jusqu´au début février. Tout le monde ou presque est en vacances ou du moins en congés de ses responsabilités paroissiales. J´assure avec Liliane pour l´instant la permanence paroissiale, seules continuent à me prêter la main notre dentiste Edelmira et les sœurs coréennes pour les célébrations dominicales. Je profite de ce temps de congés pour être un peu malade ce qui ne m´est pas permis durant l´année : rhume dont je viens à peine de sortir pour déguster en suivant une infection dentaire carabinée qui m´oblige à suivre quelques soins dont je ne suis pas encore sorti. Comme quoi une période de congés peut avoir du bon et offrir la possibilité de s´assumer de belle manière côté santé surtout quand on vient de passer le cap de la soixantaine !!! Je vais d´ailleurs devoir vous quitter pour mon troisième rendez-vous : deux heures de séance à chaque fois avec l´espoir de mieux dormir sans calmant la nuit suivante !!! 

Je termine cette première lettre de l´année en évoquant quelques projets ou chantiers en cours pour lesquels nous faisons appel à votre générosité et à votre collaboration sachant que nous manquons cruellement de structures paroissiales pour la mission qui nous incombe : le projet de centre de prévention Nuqanchik que je confie à votre prière et que nous aimerions bien pouvoir commencer cette année avec l´aide de ceux qui cherchent avec nous les fonds nécessaires à sa réalisation, la construction de toilettes sur les 5 lieux où nous développons une action pastorale éducative, sociale, sanitaire et catéchétique, le projet de construction de salles paroissiales sur le nouveau quartier de Monte Olivos que nous souhaitons présenter dans les prochains mois à la commission de projet de l´archevêché, et enfin la construction de la chapelle d´Uspha Uspha pour laquelle nous devons trouver les fonds nécessaires à son aménagement intérieur avec le concours de la population locale. Nous ne manquerons pas d´occupations cette année encore dans ce domaine des chantiers à promouvoir et à accompagner pour que ce rêve d´offrir à la population de ce secteur les structures qui lui sont nécessaires deviennent un jour prochain réalité.  

Je termine en vous donnant les dates -sauf imprévu- de mon prochain séjour en France : du 18 août au 14 octobre pour me permettre d´être en France au moment où Mons Tito Solari à la mi-septembre visitera notre diocèse de Bourges. Nous reparlerons de tout cela dans un prochain courrier. 

En attendant je vous redis à chacun toute mon affection fraternelle et l´assurance de mon amitié dans tout ce que vous pourrez entreprendre cette année auprès des vôtres comme en lien avec nos amis boliviens. 

  

A une prochaine occasion  la joie d´un échange de nouvelles. 

Jacques Delort 

Mots-clefs :, , , , ,

Une réponse à “JOURNAL D’N PRÊTRE EN BOLIVIE (37)”

  1. sauna rouen
    10 mars 2011 à 11 h 10 min #

    Salut tout le monde !
    Félicitation pour le blog et vos articles.
    C’est un véritable plaisir de venir vous relire régulièrement.
    Continuez comme cela :-)

Laisser un commentaire

akwateam |
OUED KORICHE |
lalogeuse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CFTC Schindler ascenseurs
| LES POMPIERS DE VERZENAY
| ROLLER A CHAUMONT