JOURNAL D’UN PRÊTRE EN BOLIVIE (31)

Cochabamba lundi 5 juillet 2010 

 

Chers amis, chers parents, 

 

A l´heure où je commence à rédiger cette nouvelle lettre mensuelle, un certain nombre d´entre vous sont en vacances d´été et d´autres s´apprêtent à les prendre. 

 

J´espère que la chaleur du soleil et cette période de repos et de détente estivale vous seront profitables et que vous saurez les utiliser au mieux pour offrir à tous moments à ceux et celles qui vous sont proches comme à ceux que vous rencontrerez la joie partagée d´une existence enracinée et tournée vers Celui qui nous offre de partager solidairement au quotidien le don de Sa Vie et les promesses de

la Vie Eternelle. 

Quant à ceux qui n´auront pas la chance cet été de prendre des congés, qu´ils se consolent, si besoin était, en sachant qu´il est bien des latitudes sur cette terre où le mot « vacances » demeure encore un concept inusité voire étranger à la réalité ! Les fruits du travail quotidien des peuples sont dans ce cas la nourriture et l´allégresse de ceux qui en bénéficient et il leur sera rendu à la mesure de leurs efforts dès demain et au centuple au jour où ils n´y penseront pas. 

 

L´actualité de la vie en Bolivie est sans doute un peu  différente de la vôtre en France en cette période de l´année. Nous sommes en hiver, les nuits sont froides et les températures sont fraiches dans la journée comparativement à d´autres saisons. Dans certaines régions l´eau commence à manquer et dans quelques autres -comme le Chaco par exemple- c´est vraiment la sécheresse avec ses conséquences pour les cultures, les animaux et la population locale. 

En cette période hivernale, les enfants, les étudiants et leurs professeurs sont en vacances. Ainsi sur le territoire paroissial, les familles de nos quartiers se sont pour beaucoup dispersées pour rejoindre leurs lieux d´origine et aller travailler sur les terres de leurs parents proches ou éloignés dans le Chapare, l´Altiplano ou les provinces voisines. Les étudiants des commissions éducatives et sociales ainsi que les deux sœurs péruviennes qui nous apportent leur aide sont également en vacances, un repos bien mérité pour ceux et celles qui tout au long de l´année viennent depuis la ville de Cochabamba rejoindre les enfants et leurs familles de quelques quartiers de la paroisse. 

 

L´actualité nationale bolivienne de ces dernières semaines, c´est encore une marche de 700 à 1000 personnes (indígenas) venues des basses terres de la partie orientale du pays qui se dirigent vers Santa Cruz et Cochabamba avec l´intention d´arriver à
La Paz siège du gouvernement dans les prochaines semaines avec des revendications d´autonomie à inclure dans la nouvelle loi en préparation. 

Dans un autre domaine, les statistiques de la criminalité, de la violence et des accidents de la route sont apparemment sensiblement en hausse et génèrent un climat d´insécurité lié surtout au développement à la périphérie des grandes villes comme El Alto-La Paz, Cochabamba et Santa Cruz. Il est une autre forme de violence liée à la corruption et au narcotrafic qui est présente également dans les zones rurales et fait régulièrement la une de l´actualité à travers ces faits de règlements de compte avec les autorités policières. 

Les autorités gouvernementales poursuivent dans divers domaines leurs efforts de développement du pays par le biais de financement et de crédits accordés aux petites et moyennes entreprises locales, encourageant de cette manière les porteurs de projets favorables à l´artisanat, l´agriculture biologique et autre exportation de produits de manufacture locale. 

De grands chantiers sont également en cours d´étude ou ont commencé dans des domaines aussi divers que les constructions de routes nouvelles ou l´amélioration des anciens itinéraires, les constructions de lotissements à loyers modérés, les adductions de gaz naturel, l´exploitation de nouveaux gisements ou mines etc… Beaucoup de constructions nouvelles de maisons ou d´immeubles surgissent également en ville ou à la périphérie. 

 

Dans le domaine politique, de nouvelles autorités gèrent actuellement les destinées du pays dans les régions, les départements, les villes et les cantons. Il faut leur laisser le temps de faire leur preuve par delà les déclarations de bonnes intentions. Dans un certain nombre de cas, forces gouvernementales et d´opposition n´ont d´autre choix que celui d´apprendre démocratiquement à coexister au sein de nouveaux conseils d´élus au service d´une population qui attend beaucoup d´eux. Ainsi en est-il pour la ville de Cochabamba. 

 

Le territoire paroissial qui nous a été confié se situe aux limites de deux secteurs urbain et rural. Si la majorité de la population de cette nouvelle paroisse (> 20000 habitants) est encore rassemblée actuellement entre les kilomètres 9 et 11 de l´avenue principale, force est de constater que nous nous préparons à vivre une forte extension de la population urbaine entre les kilomètres 11 et 15 du territoire. De nouvelles constructions de fortune ont surgi de terre en moins d´un an qui nous donnent une petite idée de ce que sera cette zone de peuplement dans quelques années. Pour l´heure nous en sommes encore à l´occupation de multiples parcelles de terrain par des occupants sans droit officiel de propriété qui pensent à l´avenir de leurs enfants ou achètent avec l´espoir de pouvoir revendre et réaliser ainsi une bonne opération financière. Tout cela se passe dans un contexte d´opérations immobilières souvent illégales, avec des « loups » aux dents longues qui font bien peu de cas des « agneaux » sans défense juridiquement. 

 

Dans la même journée de dimanche d´hier, j´ai pu participer comme « autorité » à deux rencontres qui m´ont permis de prendre la mesure des changements politiques en cours. Dans le premier cas il s´agissait de l´élection du nouveau bureau de
la OTB de Llave Mayu qui regroupe 5 quartiers pour une population voisine de 3 à 4000 habitants. Au terme de la rencontre, j´ai été invité à célébrer la messe. 

Dans le deuxième cas, il s´agissait de la fête annuelle du « poisson » organisée conjointement par
la OTB du village de
la Angostura et la nouvelle association des restaurateurs du secteur. Chaque année ce sont des milliers de personnes qui viennent de la ville se restaurer pour un coût relativement modique. Une autre occasion pour moi d´être avec les nouvelles « autorités » cantonales et de la petite ville proche d´Arbieto et de connaître les nouveaux responsables des différentes commissions de travail avec lesquelles nous allons avoir à travailler dans le cadre notamment de la construction du centre de prévention Tukuypac, si un jour nous obtenons les fonds nécessaires à sa construction. La semaine dernière nous nous sommes réunis justement chez Liliana avec les porteurs de ce projet dont l´architecte et les jeunes professionnels qui nous ont apporté jusque là leur collaboration.

Eleccion llave Mayu

485llavemayueleccionnuevadirectiva40710022.jpg

 

Nous avons eu la semaine dernière une réunion de travail avec le directeur de l´hôpital de ce même canton d´Arbieto et la petite équipe paroissiale qui essaye d´apporter son aide dans le domaine de la santé aux familles en difficultés sur les quartiers du secteur d´Alto Miraflores. L´hôpital est disposé à nous apporter son aide en la personne d´un médecin et de quelques infirmières qui viendront dans l´avenir assurer une permanence hebdomadaire sur le petit espace dispensaire dont nous disposons et qu´il va nous falloir déplacer sur le quartier voisin d´Alto Litoral pour pouvoir bénéficier de cette aide logistique tant en personnel qu´en accès aux médicaments et aux soins gratuits pour les mamans avec enfants de moins de 5 ans. 

 

Je conclurai cette lettre du mois de juillet par une référence à quelques rencontres paroissiales qui ont marqué la vie de ces dernières semaines en dehors des célébrations et activités pastorales ordinaires : 

o       rencontres de parents d´enfants et de jeunes de la catéchèse à plusieurs reprises et le temps d´un déjeuner avec quelques uns sur l´un des quartiers dans le cadre d´une matinée de travail communautaire sur le jardin attenant à  la maison paroissiale. 

o       Matinée de travail d´évaluation partagée ce samedi avec les responsables et étudiants du soutien scolaire. Un bon moment d´échange en l´absence malheureusement de quelques responsables de l´association. 

o       Une réunion la semaine dernière du conseil paroissial avec une quinzaine de personnes pour préparer entre autre la visite de la délégation du diocèse de Bourges sur le terrain paroissial les samedi et dimanche 24 et 25 juillet. 

o       Une réunion enfin des représentants des 3 des 5 paroisses de notre doyenné de la zone sud est de Cochabamba sur l´un de nos quartiers pour nous permettre d´avancer  ensemble dans la réflexion et la réalisation de ce nouveau projet pastoral diocésain d´évangélisation établi pour les dix prochaines années. 

 

A chacun et à tous pour conclure, un bon et chaleureux été aux couleurs de notre douce France dont beaucoup de ceux qui l´habitent  ignorent -voire ont contribué à dilapider- les richesses de sa culture et de son patrimoine ces dernières années. 

 

Affectueusement et fraternellement à chacun.                  Jacques DELORT 

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

akwateam |
OUED KORICHE |
lalogeuse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CFTC Schindler ascenseurs
| LES POMPIERS DE VERZENAY
| ROLLER A CHAUMONT