JOURNAL D’UN PRÊTRE EN BOLIVIE (30)

COCHABAMBA Lundi 7 juin 2010 

 

Chers amis, chers parents, 

 

A l´heure où s´approchent pour vous l´été et les vacances scolaires, nous nous préparons pour notre part à la saison de l´hiver. Le froid est déjà bien présent depuis un mois, la nuit surtout, les jours ont raccourci et les enfants et les jeunes des collèges seront en vacances pour 3 semaines à partir du 21 juin. 

 

Ces dernières semaines ont été marqués par quelques conflits sociaux  au lendemain des élections : revendications sectorielles du corps professoral surtout, mais aussi de la centrale ouvrière, qui ont menacé les autorités gouvernementales de paralyser le pays s´ils n´obtenaient pas les augmentations de salaires demandés, la mise en place et la réforme du régime de retraite (pour ceux qui en bénéficiaient jusque-là). De longues journées de négociation ont suivi ces mouvements sociaux et au final, les uns et les autres se sont accordés sur un calendrier de réformes après avoir pour la plupart des branches négocié et signé des accords de principe. 

Il y a eu également au plan politique la prise de fonction des nouvelles autorités régionales, départementales et municipales, et dans chaque région les responsables, au niveau de responsabilité qui leur correspond,  travaillent avec leurs élus à la rédaction des nouveaux statuts d´autonomie que la nouvelle Constitution reconnaît à ces différentes entités juridiques. 

 

J´ai pu participer à la messe de « Corpus Christi » à la cathédrale jeudi dernier en matinée en présence de des nouvelles autorités régionales et municipales de Cochabamba : 3 heures de célébration dont 2 heures de procession dans le centre de la ville, les nouvelles autorités portant tour à tour le drapeau ou la bannière qui lui correspondait, à la suite de l´archevêque auxiliaire et de quelques prêtres en tête de cortège avec le Saint Sacrement sous un baldaquin s´arrêtant aux cinq ou six oratoires préparés dans le centre ville par de pieuses congrégations ou fraternités. On se serait cru 60 ans en arrière en France ! Personnellement, j´ai trouvé que les deux heures de procession étaient de trop, la célébration eucharistique bien préparée suffisant amplement à célébrer cette solennité. 

Vous imaginez le contraste entre ces deux mondes du centre ville et de la périphérie que je côtoie régulièrement  et l´effort incessant d´adaptation à ces deux réalités humaines et pastorales que cela suppose pour ceux qui comme moi sont appelés à naviguer entre deux catégories de personnes et groupes sociaux qui la plupart du temps s´ignorent superbement par delà les belles déclarations d´intention de ceux qui se disent préoccupés par  les secteurs de pauvreté et leurs conséquences. 

 

La vie sociale souffre également ces temps-ci de problèmes liés aux règlements de compte que se livrent certaines mafias de narco trafiquants liées à l´exportation de la cocaïne sur le Brésil. Au moins dix morts récemment et il y a une dizaine de jours le lynchage dans une commune rurale du nord Potosi de 4 policiers chargés d´enquêter des filières de voitures volées. Les familles des victimes ont eu toutes les peines du monde à récupérer les corps de leur parent dont un jeune de vingt ans. 

Ces nouvelles font bien sûr la une des journaux, donc je ne m´étends pas davantage. 

 

Au chapitre de la vie pastorale sur le secteur dont j´ai la charge, les activités de ces dernières semaines n´ont pas été de tout repos et j´accuse un peu de fatigue ces derniers jours. Heureusement la santé est bonne et je veille à mon sommeil et à mon alimentation. 

Les problèmes rencontrés sont pour une part lié au contexte de vie de la population que nous servons. Pour la majorité des personnes concernées, le rapport à la foi chrétienne ne s´exprime que d´une façon très lointaine et intéressée dans un rapport à la communauté ecclésiale. La pratique communautaire chrétienne fait en priorité référence au lieu de vie dans des occasions comme celles d´une « misa Cuerpo presente », (liturgie de
la Parole au domicile avec les voisins dans le cas d´un décès) ou d´une fête de Saint Patron ou de

la Vierge. Pour les autres célébrations et notamment celle du dimanche, il est très difficile de rassembler les gens, et il faut chaque semaine se relancer pour inviter les personnes et les familles à vivre cette pratique qui leur demeure encore étrangère. Il faut également accepter de vivre à l´heure de ces familles-là qui lorsqu´elles font la fête n´ont pas d´heure et peuvent arriver pour certaines avec une heure et demie de retard comme le jour de la première communion sur un quartier le dimanche de Pentecôte. Je ne m´y ferai jamais je crois. 

 

Nous avions un temps espéré mobiliser les personnes sur un des quartiers (Uspha Uspha) à partir du projet de construction de la chapelle. Après avoir changé trois fois d´architecte et modifié les plans (le premier était trop cher, le second n´avait pas les papiers en règle, le troisième souhaitait travailler à partir d´un nouveau projet), le responsable de la commission de projets de l´archevêché chargé du dossier nous a demandé d´attendre l´envoi des premiers fonds mis à disposition depuis l´Allemagne…. Nous attendons toujours…. 

Du coup la kermesse qui devait marquer le début des travaux et la pose de la première pierre n´a pu avoir lieu dans les conditions espérées et les membres du comité de quartier chargés de porter et coordonner l´évènement n´ont pas été à la hauteur. Il y a eu quand même de bonnes choses grâce aux divers groupes d´enfants accompagnés de leurs responsables étudiants.

 

Kermes

 

Kermes

 

 Ces dernières semaines avec l´approche de l´hiver et la venue du froid, me voilà devenu livreur de fruits aux différents groupes de soutien scolaire et à quelques autres personnes : plus de 700 bananes et oranges samedi dernier à distribuer à ceux qui reçoivent cet apport vitaminique avec joie. Il faut dire que sur ces quartiers l´accès à une alimentation saine est vraiment très réduit pour certaines familles qui n´ont pas les moyens de se rendre en ville pour acheter bon marché. 

 

Dans le domaine catéchétique l´activité pastorale s´est partagée entre les nouveaux groupes de préparation d´enfants et de jeunes (70 de première communion et 50 de confirmation) grâce à la collaboration de 7 catéchistes, les préparations au baptême, à la communion et à la confirmation de 3 ou 4 adultes et les préparations au mariage de 3 couples déjà mariés civilement et avec enfants. N´ayant pas sur la paroisse de lieu de célébration adéquate pour les mariages qui rassemblent généralement du monde, les jeunes couples préfèrent aller frapper à la porte des paroisses de la ville. Je ne m´en plains pas vraiment car j´ai du travail par-dessus la tête …. 

 

Pour ce qui est des occasions de célébrer la foi, elle se manifeste -je vous le disais- à l ´occasion de décès célébrés chez l´habitant, de messes anniversaires de défunts ou de messes à intention particulière dévotionnelle. J´ai même eu une fois le jeudi de la fête des mères l´occasion de célébrer l´eucharistie dans une chapelle particulière dont les propriétaires affichent une dévotion toute spéciale à
la Vierge de Medjugoré. Ils sont en train d´écrire et d´éditer un livre commentaire de l´Apocalypse faisant référence aux apparitions en Yougoslavie. Je me résiste depuis longtemps à aller sur ce domaine habité par une famille aux origines italiennes ayant vécu aux Etats-Unis, propriétaire d´une jolie propriété sur le secteur et qui réunit les dimanches enfants et petits enfants aux origines européennes très diverses et travaillant pour certains dans la presse écrite, pour d´autres comme professeur d´université, pour d´autres encore dans les « affaires »… Je me demande comment ces gens peuvent vivre si proches de ces familles aux conditions de vie précaire que nous côtoyons tous les jours, avec leurs chevaux, leur parc et leur piscine, sans en être affectés et ne jamais en parler ? 

 

Au chapitre pastoral il conviendrait encore de mentionner le travail qui se fait de nouveau mensuellement en  doyenné pour les 5 paroisses qui le constituent et ce en lien direct avec le développement du nouveau Plan Pastoral diocésain de 10 ans ! (2010-2020) adopté l´an passé en assemblée diocésaine. Ce mois-ci nous recevons les délégués des autres paroisses. 

 

J´évoquerai en terminant les quelques problèmes rencontrés ces derniers temps avec les membres des commissions médicales, sociales, éducatives et environnementales dont il faut pouvoir accompagner les activités : un médecin qui se résiste à travailler en demandant une petite participation aux gens qui le peuvent et qui voudrait que la paroisse prenne en charge totalement l´indemnité qu´il nous réclame, une jeune technicienne étudiante en agronomie qui tombe malade et est absente depuis plus d´une semaine, une responsable de la commission sociale, Eli, qui doit réorganiser son travail avec ses 15 étudiants sur différents lieux après avoir pendant deux ans consacré tout son temps à la population d´un seul quartier, et enfin deux nouvelles responsables coordinatrices de l´action de soutien scolaire Edith et Esther, qu´il faut apprendre à connaître et accompagner dans leur nouveau travail auprès des étudiants et des enfants qui composent leurs équipes.

 

Comision Social

 

Eli,  responsable de la Comision social

Avec ses différents responsables de commission, nous avons pu établir la semaine dernière un programme mensuel d´ateliers qui voudraient être comme une école de parents pour ceux et celles qui rencontrent des difficultés d´éducation de leurs enfants. Nous ne perdons pas de vue en cela ce projet de construction d´un centre de prévention au bénéfice de ces familles en difficultés qui vivent sur le secteur. Nous aimerions à l´occasion de la venue de la délégation épiscopale du Berry fin juillet organiser à ce sujet une petite table ronde avec quelques responsables locaux dans les domaines de la santé, de l´éducation, du travail social, de l´environnement et de la foi chrétienne. C´est un des chantiers de ces prochaines semaines que je confie à votre prière pour ceux et celles qui nous accompagnent dans ce domaine et auquel nous aimerions faire participer Liliana qui en est à sa 7º séance de chimio, et aux dires de son entourage, l´avant dernière. Elle fête ce jeudi ces 24 ans, elle va aussi bien que possible, est très paisible et confiante et reprend progressivement des forces avec l´espoir de pouvoir remarcher sous peu. 

 

Je termine cette lettre mensuelle un peu plus longue que de coutume en évoquant le prochain séjour de nos deux amies  Elisabeth et Marizabel (et non trois comme il était prévu) en France. Je vous avais envoyé il y a quelques temps déjà un agenda de leur séjour. Certains de ceux et celles que j´avais sollicité pour un accueil ne m´ont pas encore répondu ou confirmé leur souhait de participer à cet échange. Merci de ne pas nous oublier à ce propos. Eli et Marizabel font des progrès en français, je les reçois assez régulièrement le lundi soir pour un temps de travail. Elisabeth d´autre part suit des cours intensifs de français à l´Alliance Française. 

 

Nous nous préparons à accueillir la délégation du diocèse de Bourges fin juillet : encore un autre chantier sur lequel j ai eu récemment l´occasion à nouveau de travailler avec Fédérico le vicaire général et son adjoint César. 

 

J´espère que ce courrier mensuel vous trouvera chacun et chacune en bonne forme à l´approche de cette nouvelle saison estivale. 

Je vous redis toute mon amitié et mon affection fraternelle en attendant de vos nouvelles. 

Saluez ceux et celles qui me connaissent et nous soutiennent dans votre entourage. 

Bonne vacances à ceux qui se préparent à en prendre et bon courage à ceux et celles qui sont au travail et ne peuvent pas lever le pied. 

A bientôt 

Jacques Delort 

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

akwateam |
OUED KORICHE |
lalogeuse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CFTC Schindler ascenseurs
| LES POMPIERS DE VERZENAY
| ROLLER A CHAUMONT