JOURNAL D’UN PRÊTRE EN BOLIVIE (21)

Cochabamba vendredi 24 avril 2009 

 

 

Chers amis, chers parents, 

 

La lettre du mois vous arrive encore une fois avec un peu de retard et je m´en excuse. Vous avez reçu toutefois pour vous faire patienter il y a quelques jours une série de photos qui illustrent  bien pour une part ce que je vais vous partager dans les lignes qui suivent. 

 

Les temps liturgiques de Carême et de Pâques se sont encore traduit pour moi cette année par un surcroît de travail pastoral lié surtout à la multiplication des célébrations pour lesquelles je n´ai malheureusement encore personne pour m´aider depuis le retour en Argentine du père Antonio. J´attends toujours que soit nommé un autre prêtre ou un diacre sur ce nouveau secteur paroissial de plus de 20000 habitants; la moisson y est abondante mais les ouvriers ne sont pas assez nombreux pour le travail qu´il y a à faire. 

 

A l´heure où

la Conférence Episcopale Bolivienne réunie à Cochabamba se prépare au lancement de la mission permanente en Bolivie comme fruit de cet engagement pris par les évêques latino américains à Aparecida au Brésil, je me prépare de mon côté avec les laics en responsabilité de la paroisse à une rapide visite pastorale de notre archevêque le samedi 2 mai. Il s´agit surtout de lui donner de connaitre les réalités de terrain de ce secteur pour ensuite voir avec lui et les agents pastoraux sur quels chemins nouveaux nous engager et avec quels moyens humains et matériels. 

 

Les semaines passées nous ont permis de poursuivre le travail sur bien des chantiers de la mission; je vais en énumérer quelques uns: 

 

Au chapître des activités srtictement pastorales, je noterai tout d´abord: 

 

o       le départ de Lizet de l´équipe d´animation et l´arrivée de Liliana pour la remplacer. Lizet est aujourd´hui mère de famille et a demandé d´être libérée de son mi-temps à la paroisse pour se consacrer essentiellement au service diocésain de la pastorale des migrants. Son absence de deux mois nous a lourdement handicapé dans le domaine comptable surtout, et il nous faut maintenant rattraper le retard accumulé. La petite équipe poursuit donc la route avec Karina notre avocate, les deux soeurs péruviennes Gregoria et Justina, Adolfo et Liliana.

 

Lizeth s'en va... Liliana arrive

 

o       Nous avons accueilli ces dernières semaines deux soeurs aymara Valeria et Rosemery d´une congrégation missionnaire originaire de
la Paz qui souhaitent venir travailler sur le secteur 3 fois par semaine. J´ai pu participer à la profession temporaire de l´une d´entre elles la semaine dernière avec l´ancien archevêque de
la Paz résident depuis quelques années à Cochabamba. 

 

o       Avec la nouvelle année de catéchèse, se sont mis en place ces deux derniers mois les nouvelles équipes d´enfants et de jeunes qui se préparent à leur comunion ou à leur confirmation; ils doivent être au total un peu plus d´une centaine répartis en 9 groupes. Ils sont accompagnés par des catéchistes étudiants ou adultes professionnels. 

D´autre part s´est mis en place pour la première année une petite formation mensuelle pour les jeunes aspirants catéchistes qui ont démontré un intérêt à être avec les catéchistes dans ce travail auprès des enfants. 

Nous avons également proposé une petite retraite à des jeunes qui se préparent à leur confirmation pour la fin du mois de juin. Cela n´a pas été sans difficulté pour les réunir un dimanche car la plupart travaille ce jour-là dans les restaurants ou autres lieux. 

 

o       Comme je vous le disais, ces dernières semaines m´ont donné de vivre un bon nombre de célébrations: baptêmes d´enfants et de jeunes, premières communions, obsèques -de deux enfants victimes d´un accident et d´une femme assassinée sur un des quartiers-, célébrations en présence d´autorités civiles, militaires et religieuses à l´occasion du jour de la mer, du 16º anniversaire de l´université technique Cosmos et de la messe chrismale, onctions des malades, sans compter les célébrations du Carême et de la semaine Sainte dont un chemin de croix avec des jeunes à travers quelques quartiers. 

 

o       Il y a bien des quartiers oú nous n´avons pas pu encore aller, le chantier est vaste et les enfants et les jeunes sont très nombreux. Hier, j´avais la visite de l´un des directeurs du collège d´Uspha Upsha qui me demandait le financement ( environ 60 euros par mois sur un mi-temps) d´un poste de professeur d´éthique et morale (anciennement de religion) pour son collège public qui ne reçoit pas de subvention sur ce poste. Ce sont 700 élèves qui sont concernés et répartis en 19 cours. Il faut dire que nous sommes sur des quartiers où la présence des services d´Etat est encore bien peu de choses comparée à d´autres quartiers de la ville de Cochabamba qui dépasse aujourd´hui les 800000 habitants et croît très vite. 

 

o       Je me réunis une fois par mois avec deux petits groupes d´éducatrices qui travaillent sur un centre nutritionnel auprès de 150 enfants, pour un temps de réflexion biblique et ecclésiale. Elles sont toutes assez jeunes et quelques unes encore en formation et vivent dans un contexte périurbain de sectes et églises évangéliques qui leur pose parfois des questions. 

 

o       Nous nous retrouvons plus régulièrement en doyenné avec les représentants de 5 paroisses entre prêtres d´une part et avec les laics, religieux et religieuses d´autre part, une fois par mois, pour travailler à la rédaction d´un plan pastoral diocésain, dans la ligne de ce nouveau mouvement d´évangélisation proposé par les délégués des conférences épiscopales latino américaines à l´occasion de leur dernière assemblée à Aparecida au Brasil. 

 

o       Pour en conclure au chapître de ces activités pastorales, je voudrais dire que nous nourissons quelques inquiétudes à considérer que certaines demandes d´aides financières ou accueil de projets restent à ce jour sans réponse malgré les promesses faites en haut lieu: à titre d´exemple, nous n´avons encore aucune réponse concernant une demande de financement de projet pastoral à une comission romaine et nous rencontrons bien des difficultés pour faire valider le projet de construction d´une petite chapelle demandée par les habitants sur le quartier d´Uspha Uspha. Nous cherchons un terrain avec titre de propriété sur le quartier d´Alto Miraflores pour pouvoir y construire un centre socio-paroissial, deux propositions seront sans doute à l´étude dans les prochaines semaines. 

Sur ce dernier lieu d´Alto Miraflores les deux dirigeants en sont venus aux mains il y a une quinzaine de jours et il a fallu l´intervention de la police pour séparer les deux groupes qui voulaient en découdre. Dimanche dernier, j´ai pu parler avec chacun d´eux; ce sont en fait deux “loteadores” qui ont divisé la population et cherchent à vendre illégalement des parcelles de terrain aux familles en quête d´un lieu oú construire à proximité de la ville. Il est bien difficile dans ces conditions de travailler dans l´intérêt de la population de ces nouveaux quartiers. 

 

Les activités des bénévoles sur le secteur paroissial couvrent également les dimensions sociales, éducatives et sanitaires de la vie des familles de ces nouveaux quartiers. 

 

o       Nous avons constitué il y a peu une comission sociale qui mensuellement traite du cas des familles en dificultés alimentaires ou sanitaires, et à ce jour nous pouvons grâce à 5 d´entre vous assurer un suivi de quelques familles en danger que vous avez accepté de parrainer à l´année pour commencer. Si certains d´entre vous en lisant ces lignes se sentaient appelés à nous apporter leur collaboration, qu´ils sachent que la liste des familles en dificultés s´agrandit au fil des visites effectuées par la petite équipe de travail social et donc que votre aide sous quelque forme que ce soit temporelle ou perenne sera toujours la bienvenue. 

 

o       Sur le quartier d´Alto Miraflores, bien des choses ont changé pour une trentaine de familles depuis notre arrivée et la mise en place de diverses actions: nous avons fait construire ces derniers mois deux auvents dans le prolongement des trois pièces que nous louons et nous avons fait achever la construction d´une petite píèce qui nous sert aujourd´hui d´atelier boulangerie. 

o       Quelques femmes font plusieurs fois par semaine au bénéfice de 70 enfants une fournée de pain grâce au four offert par les membres donateurs de l´association Cochateauroux; nous venons d´embaucher une professeur de boulangerie pâtisserie pour leur permettre de déveloper leur savoir faire une fois par semaine. 

o       Les enfants bénéficient en plus chaque jour d´un complément nutritionnel grâce à la congrégation de nos soeurs péruviennes qui ont obtenu un petit financement à cet effet sur l´année. 

o       Et grâce au soutien d´une dizaine d´étudiants en sciences sociales qui viennent deux ou trois fois par semaine sur ces lieux, une centaine d´enfants participent des activités du soutien scolaire et certaines de leurs familles sont visitées et aidées par la même petite équipe. Ces bénévoles de l´action sociale et éducative sont soutenus financièrement par l´association basque Giltzarria dont je vous ai souvent parlé. Vous pouvez  prendre la mesure de l´engagement de ses membres à la lecture de leur blog en cours de refonte. Vous trouverez sur ce site bien des nouvelles concernant la petite association “Hermanos Mayores” qui est également active à travers ses étudiants ou responsables bénévoles sur deux autres quartiers. 

o       Les membres de la nouvelle association “ Hermanos Mayores” se réunissent chaque mois pour coordonner leurs efforts et essayer de répondre ensemble aux défis à relever sur ces quartiers. Les équipes de bénévoles ont pu offrir dernièrement aux enfants une très belle fête à l´occasion de leur journée nationale: les photos envoyées parlent d´elles-mêmes. Enfin, 8 nouveaux étudiants sont venus tout récemment en renfort sur le quartier d´Uspha pour un stage d´une durée de 6 mois.

Dia del niño en Alto Miraflores Dia del niño en Uspha Uspha

 

o       Depuis peu, nous expérimentons les réunions de parents d´enfants du soutien scolaire pour nous permettre avec leur participation de construire nous espérons dans un proche avenir ces structures d´accueil qui nous font défaut à ce jour. 

o       A travers cette association, nous proposons aussi depuis peu aux adultes et aux enfants les premiers temps de formation offerts par les professeurs de l´école technique supérieure d´agronomie. Je vous renvoie pour plus de détails là encore au blog de l´association Giltzarria. 

o       Dans le cadre de ce partenariat franco-bolivien, nous sommes invités à consacrer quelques jours ce mois de mai à l´accueil de deux étudiants Guillaume et Ellande du centre Jean Errecart du pays basque en stage pour 5 semaines parmi nous. (voir encore le blog de Giltzarria) 

 

o       Dans le domaine de la santé, nous travaillons sur le quartier de Alto Miraflores en lien avec un petit centre de soins qui nous met à disposition chaque semaine durant une matinée un docteur et une infirmière. Nous venons d´autre part, de faire remettre en état le matériel d´un cabinet dentaire généreusement offert l´an passé, et nous avons la semaine prochaine un premier entretien avec 3 ou 4 dentistes susceptibles de nous apporter leur aide au profit des enfants et adultes les plus nécessiteux. Là encore, nous aurons besoin d´une aide matérielle pour permettre à ces dentistes de faire du travail social auprès des enfants et de leurs familles. Dans l´immédiat, le cabinet dentaire devrait commencer à fonctionner sur le quartier d´Uspha Upsha. 

 

Il y aurait encore bien des choses à évoquer mais le temps me manque. 

 

o       Je terminerai en évoquant le passage la semaine dernière de soeur Brigitte Flourez de
la DCC avec quelques volontaires français en poste en Bolivie. La maison leur a servi de lieu de vie durant le week end. J´ai hélas manqué de disponibilité à leur égard et n´ai guère profité de leur présence. La jeune volontaire en poste sur la maison du migrant, Delphine, a demandé et obtenu une redéfinition de son poste de travail au profit d´une association de solidarité à laquelle elle souhaite consacrer un peu de son temps en plus de la maison du migrant. 

 

o       J´ai choisi de laisser ces derniers temps le service diocésain de la pastorale des migrants qui connait quelques difficultés de fonctionnement au même titre que quelques autres services diocésains. Il n´est pas facile pour quelques uns de ces services de travailler de concert avec les paroisses et en prise directe avec les réalités de terrain que nous connaissons et qui leur échappent dans certains cas. Nous referons si nécessaire le point dans quelques temps et lorsque j´aurai un peu moins de travail. 

 

o       Au chapître des brèves et avant de passer rapidement à l´actualité nationale, je viens d´obtenir mon visa de résident permanent en Bolivie, je n´aurai donc plus à le faire renouveler sauf si je reste plus de deux ans en France entre deux séjours. A ce sujet, je prévois pour l´instant de venir passer quelques semaines parmi vous à la fin de cette année. Nous fêterons notamment en famille les 90 ans de ma maman mais auparavant Noel bien sûr !!! 

 

o       Dans l ´actualité nationale que j´ai parfois bien de la peine à suivre, il est à noter la grève de la faim de 5 jours d´Evo Morales et de milliers de ses sympathisants, le vote de la loi qui permet d´organiser les élections présidentielles de décembre, les attentats terroristes de Santa Cruz, et au plan économique, les premières conséquences négatives sur les budgets des Préfectures et des municipalités de la chute des prix de matières premières comme le pétrole, le gaz et les minéraux 

 

La prochaine fois, je vous promets de faire l´effort d´être un peu plus synthétique et de me limiter à une feuille comme d´habitude. 

 

J´espère que ce nouveau courrier vous trouvera chacun et chacune en bonne forme et je termine en remerciant ceux qui m´écrivent de temps à autre et auxquels je ne trouve pas toujours le temps de répondre personnellement; qu´ils m´en excusent temporairement en attendant mon passage parmi vous. 

 

A très bientôt, bonnes fêtes pascales, bon printemps, bon courage et union fraternelle de prière avec ceux et celles pour lesquels la vie est un peu plus dure au quotidien ces temps-ci. 

 

Bien affectueusement pour les uns et cordialement pour les autres. 

Jacques Delort 

 

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

akwateam |
OUED KORICHE |
lalogeuse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CFTC Schindler ascenseurs
| LES POMPIERS DE VERZENAY
| ROLLER A CHAUMONT