JOURNAL D’UN PRÊTRE EN BOLIVIE (6)

mineros20san20juan2024060720034.jpg

 

Cochabamba Jeudi 5 juillet 2007 

 
Bonjour à tous,
 

En ce début juillet, je songe à ceux et celles qui ont la chance de pouvoir prendre quelques jours ou semaines de vacances comme un repos bien mérité après un période de travail professionnel ou scolaire. Je n´oublie pas non plus bien sûr ceux qui poursuivent leurs activités, au service des vacanciers pour certains. 

Ici aussi ce sont les vacances, mais d´hiver, et le temps est particulièrement froid durant les nuits cette année. En plusieurs départements de l´ouest et du centre du pays les autorités scolaires ont décrété une prolongation d´une semaine des congés pour éviter aux enfants rhume, bronchite et autres formes d´infection virale. 

 
Le climat politique et social est lui aussi perturbé ces derniers jours : barrages routiers dans l´ouest et le sud du pays, impossible de circuler entre les villes de La Paz, Oruro, Potosi, Sucre et Cochabamba… A l´origine de ces récentes manifestations de mécontentement, (orchestrées ou non par les forces d´opposition… difficile de le savoir), la prolongation de quatre mois du mandat accordé aux membres de l´assemblée constituante qui, en 1 an de travail, n´ont toujours pas réussi à écrire le moindre article de la future constitution !  Le constat est sévère et l´avenir plutôt sombre, et l´on ne voit pas pointer pour l´instant le moindre signe d´espérance pouvant traduire la volonté des courants et forces en présence de travailler ensemble au développement et à l´unité du pays. A l´inverse, les positions se sont radicalisées sous la pression des courants corporatistes, autonomistes ou indépendantistes, voire de certaines influences économiques étrangères. Quelle tristesse quant on songe à tout ce qu´il y a à faire au plan économique et de la santé par exemple pour permettre aux plus pauvres, aux jeunes générations et aux victimes de ces querelles de pouvoir de vivre dignement et de s´éduquer dans une participation responsable à la vie de la communauté de leur lieu !!! 

 
Dans un tel contexte, le travail pastoral est difficile et les projets en cours ou à l´étude sont souvent retardés voire suspendus. Un ou deux exemples parmi d´autres : 

Voilà plusieurs mois que nous travaillons à la finalisation d´un accord tripartite entre une petite université privée, le service diocésain de la pastorale des migrants et les responsables représentants des organisations territoriales de base des quartiers de la paroisse. L´objectif de ce contrat est de permettre aux étudiants de dernière année en odontologie, infirmerie, médecine, vétérinaire, droit, communication et autres matières de venir faire leur stage sur ces quartiers populaires et de migration tout en offrant aux habitants leur service en matière de prévention, d´information ou de travail d´investigation. Nous pensions ces jours ci avoir abouti à un accord de principe au service des habitants des quartiers de la nouvelle paroisse et de ces étudiants auxquels sont offerts pour ceux qui le désirent des bourses d´études. Et voilà qu´au dernier moment, les dirigeants des organisations territoriales ( une vingtaine sur la zone) sont invités par les représentants du gouvernement à se mobiliser sur un autre projet suite à la remise d´un chèque important d´Evo Morales venu en personne rencontrer les dirigeants. On ne peut d´une certaine manière que s´en réjouir….Le plus déconcertant pour les acteurs de terrain est la manière dont se présentent et se négocient les projets apparemment sans réelle concertation entre les divers responsables de la politique de la ville et des quartiers. 

 


 

 

Dans un autre domaine, par exemple celui de la réfaction des 3 petites pièces qui vont nous servir de locaux paroissiaux, les travaux sont suspendus aux bons vouloirs des deux jeunes  peintre et menuisier contractés, dont l´un a de sérieux problèmes de santé et l´autre des difficultés à organiser son temps entre de multiples activités. 

 
C´est dans un tel contexte de tensions et de radicalisation de certaines positions au plan national et local qu´il nous faut continuer avec persévérance notre travail de fourmi à l´écoute et au service des habitants de ces quartiers, essayant avec les volontaires qui nous collaborent de mettre en place les quelques petits projets dont nous sentons la nécessité : soutien scolaire, équipes de catéchèse, pastorale sacramentelle, aide matérielle personnalisée aux plus nécessiteux parfois dans des domaines aussi divers que celui de la santé, du droit à un travail justement rémunéré, de l´accueil des migrants ou réfugiés politiques à la maison « Suma´j Punchay »…. Le chantier est immense et nos moyens matériels et humains très limités. 

Nous continuons à compter en tous ces domaines sur le soutien amical et fraternel de votre prière, sur votre aide matérielle et sur vos efforts de sensibilisation. 

A travers notre action,  nous souhaitons offrir à chacun ici en Bolivie et là bas en France la possibilité de s´associer d´une manière ou d´une autre aux efforts de ceux qui cherchent au milieu des difficultés à promouvoir la solidarité et le service des plus démunis et des victimes de toutes formes d´injustice, et ce à travers des engagements concrets. 

Merci aux quelques uns d´entre vous qui se sont déjà engagés en ce sens. Votre aide et votre soutien nous sont très précieux sur le terrain. Sans la poursuite de votre engagement, nous ne pourrions rien faire. La Bolivie, pour le peu que j´en connaisse, est un pays jeune qui mérite notre collaboration et nos efforts de co-développement solidaire. 

Dans quelques jours, j´aurai la joie d´accueillir pour un court séjour 4 membres de la famille. A travers eux aussi, j´espère bien vous faire connaitre et aimer un peu plus ce pays attachant d´Amérique latine, berceau et trésor de tant de richesses culturelles, humaines et spirituelles. 

A très bientôt d´autres nouvelles. 

Bon été à chacun, à ceux qui travaillent comme aux vacanciers, à tous les membres de la famille comme aux amis. 

Un cariño y fraternal saludo 

P. Jacques* 

 

P:S. : A l´heure où je termine ce courrier, je reçois une invitation à rencontrer ce soir le dirigeant responsable du comité promoteur à propos de ce contrat tripartite dont je vous ai parlé plus haut. L´espoir de faire signer cet engagement se confirmerait-il donc enfin ??? On peut l´espérer. 

 

(*Prêtre  Fidei Donum en Bolivie, chargé de la Pastorale des migrants auprès de l’évêché de Cochabamba) 

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

akwateam |
OUED KORICHE |
lalogeuse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CFTC Schindler ascenseurs
| LES POMPIERS DE VERZENAY
| ROLLER A CHAUMONT